Quelles sont les chances de guérison d’un cancer du poumon ?

265
Partager :

La compréhension de la base moléculaire grâce aux progrès réalisés dans le dépistage, le diagnostic et le traitement du cancer du poumon a considérablement amélioré les chances de survie des patients atteints de cancer du poumon.

Plusieurs rapports, parfois spectaculaires, font état de nouveaux types de traitement du cancer du poumon. Aujourd’hui, cela inclut des thérapies ciblées et personnalisées ainsi qu’une immunothérapie avec des inhibiteurs de points de contrôle. Tous ces développements donnent aux médecins et aux patients l’espoir que les chances de survie du cancer du poumon seront bientôt encore plus grandes. Et que ce cancer perd de sa terreur. Toutefois, une reconnaissance précoce est bien sûr importante. Dans ce cas, un examen rapide des poumons ou un dépistage du cancer du poumon conviennent. Les femmes, en particulier, en profitent.

Après tout, le cancer devrait bientôt être traité comme une maladie chronique. Mais ce n’est pas tout l’or qui scintillait. L’essentiel est, par exemple, le taux de survie moyen du cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) n’a augmenté que de 1,5 mois en plus d’une décennie. Cependant, de nouveaux résultats d’études positifs sont publiés presque tous les mois.

A voir aussi : Quel repas pour le déjeuner ?

Taux de survie accru

Le traitement a radicalement changé au cours de la dernière décennie. En outre, dans de nombreux cas, le taux de survie a également augmenté considérablement. Cependant, il existe également des observations telles que les chances de survie dans le cancer du poumon non à petites cellules mentionnées ci-dessus. Cela reflète également les limites et les insuffisances de la chimiothérapie cytotoxique.

A découvrir également : Comment calculer le coût de l'assurance maladie pour un traitement dentaire ?

Éviter les risques pour augmenter la survie en cas de cancer du poumon

Aujourd’hui, la recherche comprend mieux la base moléculaire de la maladie et a donc donné de nombreux résultats positifs tant au niveau du diagnostic que du traitement. Cependant, le cancer du poumon persiste, malgré la des progrès et de meilleures chances de survie — en tant que « maladie mortelle ». Sa principale cause est le tabagisme. Cela fait de l’arrêt du tabac la mesure la plus judicieuse contre le cancer du poumon.

Mais même si le tabagisme est le principal facteur de risque de cancer du poumon, environ 15 % des non-fumeurs en tombent malades. Le tabagisme passif, la pollution de l’air ou toute autre pollution environnementale ou liée au travail, comme la poussière, l’amiante, le goudron, etc. sont des facteurs de risque pouvant entraîner le développement d’une tumeur pulmonaire maligne.

Un risque familial correspondant à une charge génétique ne joue qu’un rôle mineur. Un diagnostic précoce est crucial : outre des symptômes évidents tels qu’une toux prolongée, en particulier avec des expectorations sanglantes, des symptômes apparemment inoffensifs tels qu’une perte de poids inexpliquée, une sensation générale de faiblesse et d’enrouement peuvent également être des signes de cancer du poumon.

Au fait, l’ajout peut facilement les informations cliniques disponibles, telles que la valeur de classification de l’analyse de l’haleine, améliorent considérablement la précision du diagnostic pour détecter le cancer du poumon.

Le cancer du poumon n’est pas le même que le cancer du poumon

Dans le cancer bronchique, les modifications des cellules malignes sont principalement causées par les cellules de la muqueuse bronchique. Les cellules dégénèrent, se multiplient de façon incontrôlable et détruisent les tissus pulmonaires sains par leur croissance. Mais il existe de nombreuses formes différentes de cancer du poumon, et il est très important de les connaître et de les identifier pour choisir le traitement approprié. Il existe deux types de cancer du poumon :

  • SCLC, cancer du poumon à petites cellules (cancer du poumon à petites cellules) et
  • CPNPC, le cancer du poumon non à petites cellules (cancer Le du poumon non à petites cellules), qui est clairement majoritaire à environ 80 %.

Dans les deux cas Une fois diagnostiquées, les formes de cancer du poumon présentent déjà un stade tumoral avancé dans environ deux tiers des cas. Le SCLC ne recherche essentiellement une intervention chirurgicale qu’aux tout premiers stades d’une tumeur sans infestation ganglionnaire. Cela contraste avec le NSCLC, où l’ablation chirurgicale de la tumeur pulmonaire est un élément essentiel du traitement même en cas d’infestation ganglionnaire dans certaines constellations.

De plus, l’irradiation prophylactique du cerveau entier, c’est-à-dire sans métstase cérébrale, fait souvent partie intégrante du traitement dans le SCLC. Le CPNPC utilise l’irradiation du cerveau entier ou l’irradiation ciblée de lésions individuelles uniquement en présence de métastases.

La chimiothérapie demeure la méthode de choix pour le SCLC métastatique. Avec le CPNPC métastatique, la situation a considérablement changé ces dernières années.

Meilleure chance de survie grâce aux biomarqueurs, à l’immunothérapie et options de traitement ciblées

Le grand nombre de nouveaux biomarqueurs représente un grand pas en avant. À l’aide de ces caractéristiques et caractéristiques mesurables de la tumeur, des énoncés pronostiques, c’est-à-dire l’évolution de la maladie, et des énoncés prédictifs, c’est-à-dire la probabilité d’une réponse à un médicament particulier, peuvent être établis.

Les biomarqueurs prédictifs prennent de plus en plus d’importance et peuvent prédire le type de traitement auquel chaque patient atteint d’un cancer du poumon est susceptible de répondre le mieux. De cette façon, vous n’avez pas à « essayer » différents traitements pour obtenir une réponse efficace. Au lieu de cela, la thérapie la plus prometteuse est utilisée dès le début.

Aujourd’hui, des tests diagnostiques concomitants spéciaux (CDx) aident à identifier les patients atteints d’un cancer du poumon qui sont plus susceptibles de bénéficier de traitements basés sur des biomarqueurs. Ces tests de diagnostic compagnon (CDx) fournissent un traitement contrôlé par des biomarqueurs, les patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules avancé ont plus de chances de survie.

Dans tous les cas, un test Companion Diagnostics est désormais considéré comme un test médical validé dans le cadre d’essais cliniques qui est crucial pour décider du traitement avec un médicament spécifique.

Récepteur EGF Biomarker

Le récepteur EGF est régulé à la hausse et/ou muté dans divers types de tumeurs. Cela peut entraîner la croissance et la multiplication incontrôlables des cellules tumorales. Par conséquent, les tumeurs qui possèdent ce biomarqueur entraînent souvent une augmentation de la formation de métastases. Ainsi, pour la propagation des cellules cancéreuses vers d’autres régions du corps.

Les thérapies cancéreuses ciblées modernes visent désormais à bloquer ce signal de cancer provenant de l’EGFR et à prévenir ainsi la croissance tumorale. S’il y a une mutation EGFR dans le tissu tumoral, le patient est maintenant traités avec un traitement ciblé déjà en première ligne.

Les avantages sont évidents. Parce que la tolérance, le taux de réponse et les chances de survie sont nettement supérieurs à la chimiothérapie. De plus, le patient peut prendre le médicament par voie orale. Cela facilite à son tour le traitement à domicile et le patient peut s’épargner d’autres séjours à l’hôpital.

Cependant, à un moment donné, la tumeur commence à s’installer dans le médicament. Ensuite, il développe une résistance et recommence à croître. Ces mécanismes de résistance sont maintenant mieux compris et peuvent être utilisés pour estimer quelle thérapie de deuxième intention est la plus prometteuse d’affilée à l’aide de diverses nouvelles méthodes, telles que la biopsie liquide, qui analyse les cellules tumorales ou l’ADN tumoral dans le sang.

Biomarqueur PDL1

S’ il y a une forte expression de PDL1 dans le tissu tumoral, ce qui est vrai pour environ un tiers des patients atteints de NSCLC, nous savons aujourd’hui, ils bénéficient beaucoup plus de l’immunothérapie que de la chimiothérapie. L’immunothérapie, l’un des plus grands espoirs pour le cancer du poumon, est de loin supérieure à la chimiothérapie en termes de taux de réponse, de chances de survie, de tolérance et de qualité de vie pour ces patients.

Le dépistage du cancer du poumon augmente considérablement les chances de survie en cas de cancer du poumon !

Le cancer du poumon ne présente généralement aucun symptôme à ses premiers stades. Par conséquent, il n’est généralement diagnostiqué qu’à un stade significativement avancé et donc défavorable sur le plan pronostique. Un test précoce, un dépistage du cancer du poumon dans les groupes à risque, revêt donc une grande importance.

Des critères systématiques, de qualité garantie et fondés sur des données probantes, la détection précoce par le dépistage du cancer du poumon chez les personnes présentant un risque élevé de cancer du poumon augmenterait considérablement leurs chances de survie dans certains groupes cibles. Ce sont de gros fumeurs qui sont âgés de plus de 55 ans. C’est alors qu’ils avaient fumé un paquet de cigarettes depuis plus de 30 ans.

Un dépistage annuel du cancer du poumon par tomodensitométrie à faible dose peut réduire la mortalité par cancer du poumon de 20 %. C’est ce qu’a montré une étude américaine majeure, le National Lung Screening Trial, en 2011. Cependant, les méthodes radiologiques sont constamment révisées et développées.

Il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer !

Plusieurs études ont montré une « reprise » considérable au cours de la vie, même si vous ne cessez de fumer qu’à 55 ans. Par conséquent, les programmes de dépistage du cancer du poumon, les programmes d’abandon du tabac et la protection contre le tabagisme sont d’une grande importance.

Littérature :

Dingemans AC, Début M, Ardizzoni A, Besse B, Faivre-Finn C, Hendriks LE, Lantuejoul S, Peters S, Reguart N, Rudin CM, De Ruysscher D, Van Schil PE, Vansteenkiste J, Reck M ; Comité des lignes directrices de l’ESMO. Cancer du poumon à petites cellules : Guide de pratique clinique de l’ESMO pour le diagnostic, le traitement et le suivi. Ann Oncol. 2021 Avr 9:S0923-7534 (21) 01113-3. doi : 10.1016/j.annonc.2021.03.207. Epub avant l’impression. PMID : 33864941

Lu H, Kim J, Qi J, Li Q, Liu Y, Schabath MB, Ye Z, Gillies RJ, Balagurunathan Y. Traits radiologiques basés sur la tomodensitométrie multi-fenêtres pour améliorer la détection précoce du cancer du poumon. Gestion du cancer Rés. 27 novembre 2020 ; 12:12225-12238. doi : 10.2147/CMAR.S246609. PMID : 33273859 ; PMCID : PMC7707434.

John A, Shah RA, Wong WB, Schneider CE, Alexander M. Valeur de la médecine de précision dans le cancer du poumon non à petites cellules avancé. Résultats concrets associés à l’utilisation de diagnostics compagnons. Oncologue. 2020 ; 10.1634/L’oncologue.2019-0864. doi : 10.1634/L’oncologue.2019-0864

Oudkerk M, Devaraj A, Vliegenthart R, Henzler T, Prosch H, Heussel CP, Bastarrika G, Sverzellati N, Mascalchi M, Delorme S, Baldwin DR, Callister ME, Becker N, Heuvelmans MA, Rzyman W, Infante MV, Pastorino U, Pedersen JH, Paci E, Duffy SW, de Koning H, Field JK. Déclaration de position européenne sur le dépistage du cancer du poumon. Lancet Oncol. 2017 Déc ; 18 (12) :e754-e766. doi : 10.1016/S1470-2045 (17) 30861-6.

Sanjeet Bagcchi. La survie au cancer du poumon n’augmente que légèrement malgré les récents progrès du traitement. ACTUALITÉS| VOLUME 5, NUMÉRO 3, P169, 01 MARS 2017

Kort S, Brusse-Keizer M, Gerritsen JW, et coll. Améliorer le diagnostic du cancer du poumon en combinant les données sur le souffle expiré et les paramètres cliniques. ERJ Open Res. 2020 ; 6 (1) :00221-2019. Publié le 16 mars 2020 : 10.1183/23120541.00221-2019

Partager :