Taux de cholestérol dangereux pour la santé: seuils et risques

78
Partager :

Le cholestérol, cette molécule lipidique souvent mal comprise, joue un rôle fondamental dans le fonctionnement de notre corps. Lorsqu’il dépasse certains seuils, il devient un véritable ennemi pour la santé cardiovasculaire. Les experts de la santé s’accordent à dire que des taux élevés de cholestérol LDL, souvent qualifié de ‘mauvais cholestérol’, augmentent considérablement les risques d’accidents vasculaires cérébraux et de crises cardiaques.

Il faut surveiller régulièrement ces taux pour prévenir les maladies cardiovasculaires. Adopter une alimentation équilibrée, riche en fibres et en bonnes graisses, peut aider à maintenir le cholestérol à des niveaux sécuritaires.

Quand parle-t-on de taux de cholestérol dangereux ?

Le cholestérol, un lipide essentiel à l’organisme, se divise en deux types principaux : le LDL (low-density lipoprotein) et le HDL (high-density lipoprotein). Le LDL, souvent qualifié de ‘mauvais cholestérol’, constitue la majorité du cholestérol total et, lorsqu’il est élevé, augmente le risque cardiovasculaire. À l’inverse, le HDL, ou ‘bon cholestérol’, capte le cholestérol en excès et le transporte vers le foie pour son élimination.

Les seuils de référence

Un bilan lipidique, prescrit par un médecin et réalisé via une prise de sang, permet de déterminer les taux de cholestérol sanguin. Voici les seuils à surveiller :

  • Cholestérol total : idéalement inférieur à 2 g/l de sang
  • Cholestérol LDL : doit rester inférieur à 1,5 g/l
  • Cholestérol HDL : doit être supérieur à 0,35 g/l

Quand le taux de LDL dépasse ces valeurs, on parle d’hypercholestérolémie. À l’inverse, un taux de LDL trop bas est qualifié d’hypocholestérolémie. Le bilan lipidique vise à détecter ces anomalies et à évaluer le risque cardiovasculaire du patient.

Conséquences d’un taux de cholestérol élevé

L’hypercholestérolémie, insidieuse car asymptomatique, peut mener à une accumulation de lipides dans les vaisseaux sanguins, altérant la circulation sanguine et augmentant le risque de maladies cardiovasculaires. Les complications, telles que les infarctus du myocarde et les accidents vasculaires cérébraux, constituent la deuxième cause de décès en France après les cancers.

Surveiller son taux de cholestérol et adopter un mode de vie sain restent les meilleures stratégies pour prévenir les risques associés.

Les risques associés à un taux de cholestérol élevé

Un taux de cholestérol LDL élevé, caractéristique de l’hypercholestérolémie, peut entraîner des complications cardiovasculaires sévères. Les maladies cardiovasculaires, telles que les infarctus du myocarde et les accidents vasculaires cérébraux, représentent la deuxième cause de mortalité en France, juste après les cancers. Ces pathologies résultent principalement de l’accumulation de lipides dans les artères, perturbant la circulation sanguine.

Plusieurs facteurs aggravent l’hypercholestérolémie :

  • Le tabagisme
  • Une alimentation riche en graisses saturées
  • La sédentarité
  • Des conditions médicales telles que l’hypothyroïdie et l’insuffisance rénale

Les hommes sont plus fréquemment touchés par les maladies cardiovasculaires avant 65 ans, comparativement aux femmes. Toutefois, après cet âge, le risque s’équilibre entre les deux sexes.

Un taux de cholestérol légèrement augmenté n’est pas nécessairement alarmant mais doit être surveillé. Les lipides en excès peuvent progressivement obstruer les vaisseaux, conduisant à une altération de la circulation sanguine. Ces anomalies peuvent rester asymptomatiques pendant longtemps, rendant la surveillance régulière et les bilans lipidiques majeurs pour une détection précoce.

Facteurs de risque modifiables

Certains facteurs de risque de l’hypercholestérolémie peuvent être modifiés par des changements de mode de vie. L’arrêt du tabac, l’adoption d’une alimentation équilibrée, et la pratique d’une activité physique régulière sont des mesures préventives efficaces. Ces actions permettent de réduire significativement le taux de cholestérol LDL et d’augmenter le cholestérol HDL, diminuant ainsi le risque de complications cardiovasculaires.

Voici quelques conseils pour une alimentation adaptée :

  • Privilégiez les poissons gras (saumon, maquereau) riches en oméga-3
  • Consommez des légumineuses (lentilles, pois chiches) et des céréales complètes
  • Intégrez des noix et des graines dans votre régime alimentaire
  • Utilisez des huiles végétales (olive, colza) pour la cuisson et l’assaisonnement

Surveillez régulièrement votre taux de cholestérol à travers des bilans lipidiques prescrits par votre médecin. Un suivi rigoureux permet d’ajuster le traitement et les recommandations en fonction des résultats obtenus.

Comment gérer et réduire un taux de cholestérol dangereux

Pour gérer un taux de cholestérol élevé, plusieurs approches sont recommandées. Le premier réflexe consiste à consulter un médecin généraliste ou un spécialiste, tel qu’un cardiologue, un endocrinologue ou un néphrologue. Ces professionnels de santé peuvent prescrire un traitement médicamenteux adapté, notamment des statines, de l’ézétimibe ou des fibrates. Ces médicaments hypolipémiants réduisent efficacement le taux de cholestérol LDL et/ou des triglycérides.

De plus, une modification des habitudes alimentaires s’impose. Optez pour une alimentation riche en fibres, fruits, légumes, et graisses insaturées. Limitez la consommation de graisses saturées présentes dans les viandes grasses, produits laitiers entiers et aliments frits. Une activité physique régulière est aussi essentielle. Pratiquez au moins 30 minutes d’exercice modéré par jour pour augmenter le taux de cholestérol HDL et améliorer la santé cardiovasculaire.

Surveillez régulièrement votre taux de cholestérol à travers des bilans lipidiques prescrits par votre médecin. Un suivi rigoureux permet d’ajuster le traitement et les recommandations en fonction des résultats obtenus.

Partager :